Angleterre/ Ecosse

Hello

Ca y est nous avons posé le pied à Hull en Angleterre, le douanier très drôle nous a demandé si on avait fermé le fourgon à clé dans le ferry et si a notre retour nous avions remarqué une personne étrangère à son bord.
La réponse a été non avec un large sourire.

Un peu étrange la conduite à gauche sur quelques kilomètres mais après on s’y fait.

Avant d’atteindre l’Ecosse et de passer sa frontière matérialisée par le Mur d’Hadrien qui est une fortification faite de pierre et de terre construite entre 122 apr. J.-C. et 127 apr. J.-C. L’empereur Hadrien (empereur romain de la dynastie des Antonins) fit édifier ce mur de défense sur toute la largeur du nord de l’actuelle Angleterre, et correspond à peu près à la frontière Angleterre-Écosse actuelle. Ce mur de 80 milles romains (environ 117,5 km) traverse le nord de l’île d’ouest en est, de la mer d’Irlande à l’embouchure du fleuve Tyne, sur la mer du Nord. Ce mur avait pour objectif de protéger la frontière nord de la province romaine de Bretagne des attaques des « barbares ».

Le mur est flanqué de 300 tours, dont 80 tours de défense principales (tous les milles romains) et protégé par dix-sept camps retranchés. Le nom est également parfois employé pour désigner la frontière entre l’Écosse et l’Angleterre, même si la frontière actuelle ne suit pas son tracé.

Le mur a marqué le nord de l’Empire romain jusqu’à la construction du mur d’Antonin, en 142 apr. J.-C., plus au nord de l’Écosse (preuve de la progression des troupes romaines et du symbole impérial que représentaient de tels murs). Cependant vers 160 apr. J.-C. le mur d’Antonin, dépassé est abandonné par les troupes romaines sous la pression d’invasions pictes et le mur d’Hadrien redevient la frontière nord de l’Empire.

En plus de son utilisation comme fortification militaire et comme marque de puissance politique, on pense que les portes du mur auraient également servi de postes de contrôle pour la perception de taxes sur les produits importés. Ce limes breton fortifié est en effet plus symbolique qu’efficace.

Une importante partie du mur existe toujours, en particulier dans la partie centrale, et le mur est encore praticable à pied sans danger. C’est aujourd’hui l’attraction touristique la plus populaire du nord de l’Angleterre. En 1987, l’UNESCO l’a inscrit sur la liste du patrimoine mondial. Le Hancock Natural History Museum, à Newcastle, lui consacre une salle entière.

On s’arrête à North York Moors National Park puis à Warkwort.

Warkworth Castle

Et voici l’Ecosse nous nous arrêtons à Dunbar.

Dunbar est un ancien burgh royal et a donné son nom à une paroisse civile et ecclésiastique. Et c’est là que nous dégustons notre premier fish and chips accompagné bien sûr d’une tasse de thé.

Dunbar

Edinburgh

La ville est construite sur des collines volcaniques qui fournissent chacune un point de vue différent sur la ville. Elle est dominée par son château dont les fondations remontent au VIIe siècle mais c’est à partir du XIe siècle que fut construite cette résidence royale avant de devenir une forteresse redoutable au XVIe siècle.

La ville accueille l’une des plus prestigieuses universités d’Europe et du monde, l’université d’Édimbourg, pionnière dans l’informatique, la géologie, la chimie et la médecine. Et ici comme à Glasgow l’entrée de la majorité des musées est gratuite.

Musée national d’Ecosse

St Andrews

De nombreux monuments, des plages de sable et surtout des parcours de golf prestigieux font de la ville un centre touristique. Elle abrite également une université réputée.

Nous nous arrêtons au camping Woodlands Caravan Park à Carnoustie et nous rencontrons William son propriétaire. Et ce William est l’ami écossais d’Emmanuelle qu’il appelle Isabelle-Suzanne Killou (Emmanuelle étant trop difficile à prononcer et Guillou impossible); et celui-ci nous prévient dès notre arrivé que le monstre du Loch Ness n’existe pas…

Glamis Castle

Le château se trouve sur les billets de dix livres émis par la Royal Bank of Scotland. Les plâtres des plafonds de Glamis sont remarquables par leur détail et leur préservation. Le bâtiment central, en forme de L, date du XIVe siècle. Il a été modifié, et au long des siècles on y a ajouté d’autres bâtiments, ce qui donne à l’édifice actuel son apparence impressionnante.

On dit du château de Glamis qu’il serait le plus hanté d’Ecosse mais certains disent qu’il serait aussi le plus hanté du Monde! D’histoires en légendes ce n’est pas moins de 7 fantômes qui seraient référencés à Glamis. Parmi ces fantômes on compte Earl Beardie, invité au château. Une nuit, il demanda à jouer aux cartes alors qu’il était ivre et ses hôtes refusèrent son offre car c’était le jour du sabbat. Furieux, il déclara qu’il jouerait avec le diable lui-même. Un inconnu se présenta alors au château et demanda si Beardie souhaitait un partenaire aux cartes. Ils commencèrent à jouer dans une des chambres et, plus tard, les serviteurs entendirent des hurlements et des malédictions proférées venant de la pièce. L’un d’eux jeta un coup d’œil à travers le trou de la serrure et l’histoire raconta qu’un jet de lumière l’aurait blessé. L’inconnu disparut, emportant l’âme de Beardie avec lui. De nombreuses personnes prétendent avoir entendu des cris et des bruits de dés ; on prétend que le comte continuerait de jouer aux cartes avec le diable.
La reine mère Elizabeth, la mère de l’actuelle reine Élisabeth II, y fut elle-même sacrée reine en 1937 et passa son enfance au château.
Dans la tragédie Macbeth de Shakespeare, le personnage de MacBeth réside au château de Glamis. Cependant, le personnage historique de MacBeth n’avait absolument aucun rapport avec le château.

Glen Clova

Magnifique vallée (glen) avec des lapins et des faisans partout ! Et afin de nous rendre dans la vallée de Clova nous passons par Kirriemuir où naquit James Matthew Barrie, plus connu sous la signature de J. M. Barrie, un écrivain et dramaturge écossais, célèbre pour avoir créé le personnage de Peter Pan.

Battle of Culloden

La bataille de Culloden (16 avril 1746) marque l’échec du quatrième des débarquements royalistes en Écosse, après ceux de 1692, 1708, et 1715, et la fin des espoirs de restauration de la lignée des Stuarts sur les trônes d’Écosse et d’Angleterre, avec la fuite du prince Bonnie Charles réduit à implorer l’aide de la jeune Flora McDonald. Elle s’accompagne d’une intensification de la pression contre le mode de vie traditionnel des Highlanders (incluant les clans, les tartans et même la cornemuse).

Loch Ness

De forme très allongée, le loch s’étend sur environ 39 km1 et sa largeur varie de 1,2 à 3 km. Situé sur le parcours de la faille géologique du Great Glen qui correspond à la ligne des lochs, sa profondeur maximale est de 272 m. Avec 56,4 km2, c’est le deuxième lac d’Écosse le plus grand en superficie, après le Loch Lomond, mais le plus grand en volume (7,5 km3), car il est plus profond2. Grâce à un système de pompes et de turbines, ses eaux sont utilisées pour produire de l’électricité.

Le monstre du Loch Ness, que l’essor du tourisme a surnommé dans les années 1930 Nessie (parfois orthographié Nessy) pour supprimer le côté effrayant qu’il avait jusque-là, désigne une créature lacustre légendaire supposée vivre, ou avoir vécu, dans le Loch Ness. Et bien sûr William nous avait prévenu…nous n’avons aucune photo de la créature à vous proposer.

Ile de Skye

Avec ses 1 736 km2, Skye est la deuxième île la plus vaste d’Écosse après l’île appelée Lewis et Harris.

Elle possède un relief des plus escarpés avec la chaîne des Cuillin, qui tireraient leur nom de celui du héros irlandais Cúchulainn. Un volcanisme ancien marque le relief, notamment sur la partie nord de l’île (Old Man of Storr).

Torrin

Staffin

Kilt Rock

Old Man of Storr

Mallaig et environs

Eilean Donan est sans doute le plus pittoresque des châteaux écossais. Construit autour de 1230, le château d’origine a été détruit en 1719 suite à un soulèvement jacobite puis reconstruit au début du 20esiècle.
Eilean Donan Castle a la particularité d’avoir été bâti sur une île au carrefour de trois lochs de mer (Loch Long, Loch Duich et Loch Alsh) et veille fièrement sur les terres de Lochalsh.

Le Jacobite Steam Train, en Ecosse, est l’un des plus vieux trains à vapeur au monde. Cette ligne ferroviaire qui traverse la lande écossaise est surtout devenue célèbre depuis qu’elle a servi au passage du Poudlard Express dans les films de la saga Harry Potter. Malheureusement plus de place pour nous !

Distillerie Ben Nevis à Fort Williams

Ben Nevis Distillery est l’une des plus anciennes distilleries licenciées en Ecosse.

Fondée en 1825 et situé au pied de la plus haute montagne de Grande – Bretagne, le Ben Nevis doit son secret de fabrication à Hector McDram, le géant mythique des Highlands.

Kinlochleven

Superbe randonnée et des paysages qui nous rappellent la Norvège. C’est ici que se situe Le centre national d’escalade sur glace, Ice Factor.

National Park Loch Lomond

See you soon

Pays Bas et Belgique

Pays Bas

Bonjour à tous,

Nous voici en Hollande.

En Hollande ? Eh non, ce n’est pas un pays ! C’est le nom de deux provinces des Pays-Bas, qui en comptent douze, et qui constituent, c’est vrai, la partie la plus visitée, la plus connue du pays. Résultat, il est communément accepté que la Hollande soit le nom du pays.

Autre idée reçue : La Haye… Eh non, ce n’est pas la capitale des Pays-Bas, même si elle en a toutes les apparences (ministères, ambassades, etc.). La capitale est bien Amsterdam : c’est dans cette ville que se déroule l’investiture des monarques néerlandais. Son nom même est lié à l’eau, puisqu’il signifie « la digue sur l’Amstel ».

Au fil de l’Histoire, terres et eaux, à l’origine confondues, ont enfin trouvé chacune leur place et semblent s’y tenir. Cependant, naguère, leurs relations ont été bien tumultueuses. Sans doute est-ce à cause de cette difficulté que le peuple hollandais a acquis son opiniâtreté, son esprit méthodique, son goût de la réflexion et son amour de la liberté, magistralement illustré par l’accueil qu’il a fait à tous les exilés de l’Histoire.

Amsterdam reste une destination où chacun se côtoie sans crainte d’afficher sa singularité : puritains et fumeurs de moquette, tailleurs de diamants et habitants des péniches, Moluquois et Surinamiens, Turcs et Marocains. On y respire un parfum de cosmopolitisme bon enfant dans un décor de village aux dimensions mondiales, qui globalement respecte encore les droits de chaque minorité.

Et en dehors des tulipes, quand la nuit éclaire les intérieurs cossus le long des canaux, on y cultive un art de vivre à l’ancienne, donnant tout son sens à cette notion parfois surannée que l’on nomme gezelligheid, un concept intraduisible, entre convivialité, bien-être et sociabilité.

Kampen

Sloten

Bolsward

Medemblik

Amsterdam

Rotterdam

Le plus grand port de commerce d’Europe, ville cosmopolite ; architecture contemporaine audacieuse, maisons cubiques, pont Érasme et buildings

Moulins à Kinderdijk

19 moulins alignés sur deux rangées, construits au XVIIIe siècle sur une zone marécageuse ; l’une des cartes postales des Pays-Bas

Belgique

Pour beaucoup, partir en Belgique ne se présente pas a priori comme un voyage particulièrement torride. Et pourtant, c’est bien à une vraie balade exotique à laquelle nous vous invitons. Comment imaginer qu’un « ailleurs » si proche soit malgré tout si différent de la France ? Comment ne pas s’étonner devant tant de richesses sur un aussi petit territoire ?
Plat pays certes, mais son relief, ce sont ses habitants qui le lui donnent tant ils sont chaleureux, drôles et toujours accessibles. Si par le passé les Français ont trop souvent réduit la Belgique à ses frites et à ses blagues, c’est que la France a trop longtemps ignoré son voisin. Depuis le début du siècle, les acteurs, les couturiers, les auteurs et les humoristes belges ont contribué à changer la donne : le Belge est désormais « tendance » dans l’Hexagone.
Où l’on découvre que la diversité culinaire belge va bien au-delà des simples moules-frites. Et puis la peinture ! Ce pays a produit un nombre étourdissant d’artisites. Depuis, chaque création venue de Belgique suscite l’étonnement : le royaume est devenu la patrie de l’humour décalé, le paradis de l’autodérision.
Côté patrimoine, en Belgique pas de montagnes mais des forêts, peu de rivages marins mais un concentré de richesses architeturales et culturelles ; des églises gothiques, des musées innovants et passionnants, une nature qui invite à la balade, surtout à vélo, des marchés aux fleurs et des fêtes.

Bruges

Son prestigieux passé médiéval, ses canaux sur lesquels on se laisse porter par une barque ; voyage dans le temps et dans le romantisme de l’âme flamande

Ostende

La ville la plus animée de la côte belge, où se délecter de fruits de mer frais, et de la production artistique ébouriffante du MuZee, consacré à l’art moderne

Knokke

11 km de littoral égrainant villages chic et plages, et au bout du Zoute, le Zwin, magnifique réserve naturelle, sauvage et préservée

Et ce soir nous embarquons à Zeebrugge pour l’Angleterre et cap sur Hull.

Alors see you soon.

Öland la « Côte d’Azur suédoise »

Öland est une grande île du sud-ouest de la mer Baltique. Large de 4 à 15 km, elle s’étire sur 137 km le long de la côte sud-est de la Suède, dont elle n’est distante, en son point le plus rapproché, que de 3,3 kilomètres

Öland possède des paysages qu’on ne trouve pas ailleurs et le climat y est tellement doux qu’il y pousse même des plantes méditerranéennes.

Öland est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, et se caractérise aussi par ses nombreux moulins à vent, dont seuls 350 subsistent sur les 2 000 qui tournaient au XIXe siècle. Le moulin à pivot qui tourne sur lui-même selon la direction du vent est le type de moulin le plus courant à Öland.

Jouissant d’un micro climat particulièrement doux et ensoleillé, l’île est très prisée du tourisme suédois.

Sur l’île se trouve la villa Solliden, la résidence d’été de la famille royale suédoise.

Réserve naturelle de Berjershann

Petit bijou historique patrimoine de l’UNESCO : Karlevistenen, une pierre recouverte d’un message runique au beau milieu d’un champ. Le texte écrit au XIIème siècle raconte l’histoire d’un danois tombé au combat et enterré à quelques centaines de mètres de là…

rune

Réserve naturelle de Ottenby

Magnifique réserve ou nous avons pu observer des milliers d’oiseaux et des phoques.

Eketorps

La forteresse d’Eketorp (en suédois Eketorps borg) est une forteresse de l’âge du fer située au Sud-Est de l’île d’Öland, sur la plaine de Stora Alvaret en Suède.

Elle fut construite autour de l’an 300-400, selon une architecture caractéristique des forts circulaires, probablement justifiée par le fait que le paysage est très plat et qu’une attaque peut venir de toute direction.

Réserve naturelle de Trollskogen

Cette réserve naturelle située tout au Nord de l’île d’Oland est magnifique avec ses arbres au bord de la mer Baltique

Réserve de Horns Kungsgard

Plage à Byrum

Fossile

Borgholm Castle

Sur la route

Suède

Gammelstad

La ville église de Gammelstad, site du patrimoine mondial de l’UNESCO

Sur les 71 villes-églises connues en Suède, il n’en reste plus que 16. La plupart d’entre elles sont aujourd’hui réduits à l’état de vestiges.

La ville-église était le lieu de rencontre naturel des habitants de la commune. On y convergeait pour assister aux services religieux, se recueillir et prier ; être présent aux marchés, aux séances du tribunal rural, aux assemblées communales ; mais aussi pour rencontrer des amis et des connaissances d’autres villages.

A Gammelstad, la « coutume de la ville-église »est encore pratiquée. Trois ou quatre fois par an, les paroissiens sont conviés à une fête religieuse, et au cours de la traditionnelle préparation à la confirmation à la Saint-Jean, des jeunes habitent les maisonnettes.

Parc national de Skuleskogens

Le parc national de Skuleskogen est un parc national situé dans le Västernorrland, sur la côte de la mer Baltique, dans le Nord de la Suède. Il recouvre 30,62 km2, constituant la partie orientale de la forêt de Skule.

Le parc est caractérisé par un relief très accidenté avec de nombreux sommets rocheux, dont le plus haut est Slåttdalsberget, s’élevant directement de la mer pour culminer à 280 m d’altitude.

Sundsvall

Lac Siljan

Le lac Siljan, situé au centre du Comté de Dalécarlie en Suède, est le sixième plus grand lac du pays.
Il est prisé par les touristes locaux : le bleu de son eau, le rouge de ses chalets, ses beaux points de vue et ses quelque plages en font vraiment un lieu qui mérite le déplacement.

Grannas

Les chevaux de Dalécarlie, dit de Dala :

Ce sont de petits chevaux en bois d’origine suédoise et peints à la main. Ces figurines existent dans toutes les tailles et toutes les couleurs. Le plus souvent, elles sont rouges, sculptées en bois de pin, aux motifs kurbits.

Les origines des chevaux de Dala suédois ont été retrouvées dans un sermon aux environs de l’an 1624.

Durant de longues périodes les soldats et les bûcherons travaillaient seuls dans les forêts, passaient leurs soirées à sculpter des jouets en bois pour les enfants. Ils utilisaient les chutes de bois pour créer des chevaux miniatures qui rendaient service au labeur de la ferme et au transport.

Erigés en symbole, ces chevaux font désormais parti de l’artisanat local, du patrimoine suédois, à la grande fierté de la population et des touristes qui ne repartent plus de Suède sans leur cheval de Dala.

Orsa Bjornpark

Parc magnifique très grand ou nous avons pu observer de très près les ours, loups…
De tellement près que 15 jours avant notre passage un accident mortel a eu lieu dans ce parc.

Fryksas

Falun

La mine de Falun était autrefois la plus grande mine de cuivre en Europe et était connu comme le coffre au trésor de la Suède. Le filon aurait été découvert lorsqu’un bouc serait revenu de paître les cornes rouges.

Il paraît que le cuivre recouvrant les toits de Versailles proviendrait de la mine. Mais on a aussi transformé le cuivre afin de réaliser les cloches des églises, des pièces et des ustensiles de ménage partout dans le monde. Le rouge typique des maisons suédoises est maintenant appelé « rouge de Falun » (Faluröd) puisqu’il provenait du cuivre extrait de la mine. Lorsqu’elle a été fermée en 1992, la mine était exploitée depuis 1000 ans. Aujourd’hui la mine de Falun est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Gamla Uppsala

Traditionnellement, ce lieu est considéré comme « le berceau de la Suède », même si d’autres régions suédoises comme le Västergötland prétendent parfois à ce titre.
Selon la légende, les trois tertres funéraires, le plus souvent appelés les Kungshögarna (en français les Tertres royaux), seraient les tombes de quelques-uns des premiers rois mythiques des Svear, peuple germanique de cette région qui a donné son nom au Svealand et à la Suède. Ces rois auraient règné sur ce peuple au VIe siècle et sont mentionnés par les sagas islandaises. D’après certains mythes, il s’agirait même des tombeaux des divinités du panthéon germanique : Thor, Odin et Freyr (Frö). L’archéologie moderne a pu les dater du VIe siècle et déterminer qu’il s’agit de tombeaux de chefs.

Les sagas islandaises et Adam de Brême font également mention de sacrifices rituels auxquels se seraient adonnés les Svear du Vieil Upsal. Il semble que les derniers sacrifices effectués dans cet endroit aient eu lieu en 1087 sous le règne du dernier roi païen de Suède, Sven le Sacrificateur. Il s’agissait de pendre des animaux aux arbres afin de rendre les terres plus fertiles.

Tertres royaux

Nous continuons notre périple en Suède, à bientôt.

Finlande

Hei! (salut)

Avant de passer la Frontière nous visitons le parlement des Samis (les lapons) en Norvège.
Le Parlement sáme (samis), ou Sámediggi en same, est une assemblée élue siégeant à Karasjok (« Kárášjohka » en sáme) en Laponie et mise en place en Norvège pour représenter et traiter des affaires concernant le peuple Saami (ou Lapon) de Norvège. L’Assemblée nationale norvégienne, le Storting, a en effet établi que la culture et la langue sáme devaient être considérées comme devant recevoir un traitement égal à ceux accordés aux cultures et langues norvégiennes. La minorité ethnique que constitue le peuple Sáme a été jugée particulière en ce qu’elle ne relève pas d’une immigration récente, mais qu’elle est une composante propre de l’État norvégien au même titre que les langues et cultures norvégiennes.

Le Sámediggi a été instauré pour être l’instrument de cette volonté de traitement équitable de la minorité Sáme, et est notamment compétent dans les domaines de la langue, de la culture, de l’industrie et de l’éducation. Les institutions démocratiques traditionnelles de l’État norvégien ne permettaient en effet pas de rencontrer concrètement cette politique de traitement équitable de la minorité.

Ça y est nous passons en Finlande ! et de nombreux rennes viennent déjà à notre rencontre. En effet ici c’est vigilance orange voir rouge à chaque déplacement.

Et la Finlande c’est 188.000 lacs, c’est le pays du monde à afficher la plus importante surface aquatique par rapport à ses espaces terrestres ( il faut aussi ajouter que les eaux finlandaises sont parmi les plus pures du monde) et la surface boisée recouvre 70% du pays soit une surface couverte plus vaste que tout le Royaume-Uni ou l’Italie !

La Finlande est le seul endroit au monde où vous pourrez rencontrer le vrai Père Noël.
Bien qu’il soit originaire du mont Korvatunturi dans le Grand Nord, le célèbre bonhomme tout de rouge vêtu passe le plus clair de l’année à Rovaniemi, capitale de la Laponie finlandaise, où il se fait un plaisir d’accueillir ses visiteurs quelle que soit la saison.

PLUS DE 3 MILLIONS DE SAUNAS: un record du monde par habitant !
Il s’agit là d’un domaine où la Finlande se classe carrément à part des autres pays du monde : les Finlandais sont les champions incontestés du sauna, avec les plus de 3 millions d’étuves que compte le pays, soit environ un sauna pour deux habitants ! Et chaque camping a son propre sauna.

L’ENDROIT LE PLUS SÛR DU MONDE
La Finlande est l’un des quelques pays du monde où les portefeuilles et téléphones portables perdus ont le plus de chances de revenir à leur propriétaire*. Les habitants et visiteurs s’y sentent par ailleurs en sécurité dans les squares, vastes parcs urbains et transports en commun à toute heure du jour ou de la nuit.
*(11 portefeuilles sur 12 ayant délibérément été abandonnés sur la voie publique à Helsinki et dans sa banlieue ont été retournés à leur propriétaire selon un test mené dans le monde entier à l’initiative du magazine Reader’s Digest).

LA LANGUE LA PLUS DINGUE DU MONDE*
Vous ne nous croyez pas ? Alors, essayez donc de prononcer le mot « Äkäslompolo » et vous verrez bien. Quand au mot finnois le plus long, le voici: « epäjärjestelmällistyttämättömyydelläänsäkäänköhän », dont il faut cependant reconnaître qu’il donne pas mal de fil à retordre même à un locuteur de langue maternelle finnoise !
*Tout nom commun ou propre de langue finnoise peut se décliner sous plus de 200 formes grammaticales différentes

UNE TOTALE LIBERTE de se déplacer dans la nature grâce à un droit coutumier
Concept juridique spécifiquement finlandais, le « Jokamiehen Oikeus » (littéralement, le « droit de tout un chacun ») vous permet d’aller et de venir librement où que ce soit dans les espaces naturels du pays.

LES ÉVÉNEMENTS LES PLUS DÉJANTÉS
Vous n’avez jamais entendu parler des championnats du monde de porter d’épouse, d’air guitar ou de lancer de téléphone portable ? Les Finlandais sont connus pour leur imagination et fantaisie débridée dans l’organisation d’événements et compétitions souvent plus loufoques les uns que les autres.
Qu’un événement « tienne debout » ou pas n’a finalement aucune importance : ce qui compte, c’est que chaque participant se laisse aller jusqu’à s’amuser comme un fou !

Et je n’oublie pas les 2 millions de moustiques avec lesquels j’ai noué une relation plus que charnelle.

Le parc Lemmenjoki, le plus étendu de Finlande

Saariselka

station de ski de fond et balade vers une ancienne mine d’or

Bois et hache à disposition pour faire du feu

Rovaniemi : la ville du Père Noël

Vaste centre commercial rempli de souvenirs, nous n’avons pas pris de photo avec le père Noël (ce dernier se montrant particulièrement vénal) mais nous sommes allés dans sa maison.

Parc national d’Oulanka

Korouna

Et voilà c’est fini pour nous la Finlande, superbe pays maintenant cap vers la Suède.

Alors Näkemiin! (au revoir).

Les îles Lofoten et Norvège du Nord

Cercle polaire

Le parallèle magique 66° 33’ marque cette ligne, le Cercle Polaire Arctique, au nord duquel brille le soleil de minuit. Au-dessus de la ligne, vous pouvez admirer le soleil qui offre 24 heures de lumière en été – ou les aurores boréales en hiver, si le temps le permet.

Iles Lofoten

Les îles Lofoten sont ancrées dans les eaux tumultueuses de la mer de Norvège, bien au-dessus du cercle polaire arctique. Ce joyau de nature à l’état sauvage offre des paysages de montagnes majestueuses, des fjords d’un bleu profond, des colonies d’oiseaux et des belles plages de surf.
Les caraïbes sans la chaleur !

Svolvaer

Henningvaer

Henningsvær est l’un des endroits les plus touristiques des Îles Lofoten en Norvège. Le petit port, situé au sud de l’archipel, a été construit sur un groupe d’îles au pied d’une falaise surplombant la mer. Le village est relié à l’île principale par un pont. Il a été surnommé la Venise du nord.

Eggun

Utakleiv

Andenes

Nous avons effectué un « Whale Safari », un safari aux baleines, après 9 heures de navigation sur un chalutier(sur 2 jours)nous avons enfin aperçu 4 cachalots ! et de nombreux macareux. Il fallait se couvrir : 3 paires de chaussettes, 2 pantalons et 5 pulls !

Les très grands cachalots se nourrissent dans un endroit très poissonneux au nord-ouest d’Andenes. A aucun endroit en Norvège, le « eggakaten »(canyon sous-marin profond ) se trouve si proche du bord. Andenes est donc le seul endroit en Europe du Nord où l’on est certain de rencontrer des baleines.

Skarvag

C’est le village de pêcheurs situé le plus au Nord de l’Europe. Sa population n’excède pas les soixante habitants. Il fait partie de la région du Finnmark du nord qui est aussi le territoire du peuple Samis (ou Lapons en français).

Les Samis ont en Suède, en Norvège et en Finlande (mais pas en Russie) le droit de vote dans les parlements sames, des organisations gouvernementales mises en place par les gouvernements des trois États fenno-scandinaves qui visent à faire remonter les revendications des communautés sames. Les membres de ces parlements sont démocratiquement élus par les Sames.

Et bienvenue sur les terres des rennes ! Sur la route du cap Nord, il n’est pas rare de croiser ces cervidés, qui déambulent, seul ou en troupeau, sur le bas-côté ou carrément sur l’asphalte.
Le renne est l’animal-roi du Finnmark, le comté le plus septentrional de Norvège qui s’étend sur 48 618 km2 aux confins de la Finlande et de la Russie. On recense plus de 100 000 rennes pour 75 000 habitants dans la région !

Ici, le renne, plus qu’un animal, est un symbole. Élément essentiel de la faune, le renne fait partie de la culture locale, celle des Samis.
Peuple nomade d’éleveurs de rennes, les Samis ont longtemps utilisé le cervidé pour se déplacer, se nourrir et se vêtir. Si, aujourd’hui, moins de 10 % des Samis vivent de l’élevage, l’animal reste indissociablement lié à l’affirmation culturelle de ce peuple.

Knivskjellodden au cap Nord

Randonnée de 6h aller-retour pour accéder au point le plus septentrional d’Europe.
Et c’est une distance de 2.460 km qui sépare l’extrême sud du pays (Kristiansand) et le point le plus au nord.

Sur la route

Norvège

Bonjour,

Nous avons débarqué du ferry à Kristiansand à 00h30 en Norvège. Mais il fait encore jour. Et première difficulté: il faut se battre avec l’horodateur Norvégien, car ici le parking est payant même la nuit.

Et pour une fois pas de texte, bienvenu dans l’un des plus beaux pays du monde, au pays de la démesure…

Mandal

Vigeland

Phare de Lindesnes

Borhaug

Bac à Lauvvik

Preikestolen

Plateau de Hardangervidda

Utne

Norheinsund

Bergen

Molden

Parc de Jotunheimen

Trondheim

Danemark

Bonjour,

Ca y est nous quittons Flensburg (Allemagne) et nous pénétrons au Danemark, et comme dit le dictons : « on sait ce que l’on perd… ».
Et effectivement nous avons perdu 20° en passant la frontière.
Mais le Danemark est accueillant. Et après une randonnée à Aabenraa, nous visitons Ribe et son musée consacré aux Vikings.
Fondée au début du VIIIe siècle, Ribe est la plus ancienne ville du Danemark, et tout au long du Moyen Âge et même au début des temps modernes, Ribe a été l’un des plus importants ports de la mer du Nord. Bien qu’elle ait aujourd’hui perdu de son rayonnement, elle a conservé le charme de ses nombreuses maisons de pêcheurs et commerçants, et possède encore un patrimoine architectural remarquable avec, notamment, la Riberhus, sa cathédrale.
Et nous continuons notre route sur la côte en traversant la région du Jutland par son Ouest.
Nous traçons notre route au milieu d’une nature sauvage, avec des dunes, des paysages de bruyère, des plages immenses sous un ciel ouvert. La côte de l’Ouest du Jutland au paysage dramatique est façonnée par la force de la mer du Nord. Cependant, elle n’est pas éloignée de la région la plus calme et vallonnée du fjord de Limfjord, qui est remplie de petites baies et de bras de rivière.
Nous faisons une pause dans le parc naturel de Thy pour filer à Skagen qui se trouve être la ville la plus au nord du Jutland. Elle a été rendue célèbre par la vivacité de l’École picturale à laquelle ce petit village de pêcheurs du XIXe siècle a donné son nom.
Autrefois dénommée Cimbrorum promontorium par les latinistes, aujourd’hui centre de villégiature recherché, la ville promontoire sur le Skagerrak reste empreinte de son passé et s’appuie également sur son port de pêche dynamique pour assurer son développement. À proximité d’écueils dangereux, la pointe de Grenen, où le conflit des courants de la mer du Nord et de la Baltique attire de nombreux touristes, et les dunes, dont certaines ont été volontairement laissées non fixées pour mieux étudier leur évolution, constituent de superbes randonnées. On a apprécié les sculptures de sables gigantesques.
Et après avoir passé une semaine au Danemark, la Norvège nous appelle.
Nous prenons le ferry à Hirtshals à 20h00 après avoir visiter le plus grand Aquarium d’Europe.

Aabenraa

Ribe

Esbjerg

Ringkøbing

Parc de Thy

Skagen

Hirtshals

Dans le ferry en partance pour Kristiansland en Norvège

Allemagne

Bonjour à tous,

Nos voila arriver en Allemagne… que nous avons survolé en remontant vers le Nord et en traversant l’ex Allemagne de l’Est. Bien sûr nous faisons des arrêts afin de ne pas faire trop de kilomètres par jour. Et comme Berlin se trouve sur notre route et que cette ville mérite que nous lui rendions visite, nous stationnons au sud est de Berlin à Schmöckwitz.
Et pour aller de Schmöckwitz à Berlin c’est toute une aventure. On prend le scooter pour prendre le tramway, puis nous prenons le train puis le bus et enfin le métro. Et nous descendons sur la Friedrichstrasse en quête du Checkpoint Charlie.
Le Checkpoint Charlie (« point de contrôle C », « Charlie » désignant la lettre C dans l’alphabet phonétique de l’OTAN) est l’un des postes-frontières de Berlin qui, lors de la Guerre froide, permettait de franchir le mur qui divisait la capitale allemande entre le secteur Ouest et le secteur Est. Il se situait à la frontière entre les districts de Mitte (en secteur soviétique) et Kreuzberg (en secteur américain).
Après l’effondrement du Troisième Reich en 1945, l’Allemagne est devenue un pays occupé. Les quatre zones d’occupation qui se répartirent sur le territoire allemand, y compris sur sa capitale Berlin, se regroupent bientôt en deux blocs antagonistes : l’Est sous occupation soviétique devient la République démocratique allemande (RDA), tandis que l’Ouest sous occupation britannique, française et américaine se constitue en République fédérale d’Allemagne (RFA). Les différents « points de contrôle » (checkpoint en anglais) établis entre les zones occidentales et orientales ont reçu les noms de code :

Alpha (Point de contrôle A) : sur la frontière interallemande, entre Helmstedt (Basse-Saxe, RFA) et Marienborn (Saxe-Anhalt, RDA) pour la Bundesautobahn 2 ;
Bravo (Point de contrôle B) : entre Drewitz (Brandebourg, RDA) et le quartier de Nikolassee (Berlin-Ouest, RFA) ;
Charlie.

Le Checkpoint Charlie était alors réservé au passage des étrangers, des personnels diplomatiques et des échanges de prisonniers, étant le point de passage obligé pour les véhicules occidentaux, les piétons pouvant également transiter par la Gare de Berlin Friedrichstraße.

Ce checkpoint fut établi à la limite des quartiers de Mitte (secteur soviétique) et de Kreuzberg (secteur américain), c’est-à-dire au croisement avec la Zimmerstraße, dont le mur suivait alors le tracé dans cette zone. Moins du tiers de la largeur de cette rue resta ouvert à la circulation dans le secteur occidental. Dans le secteur Est, au contraire elle laissa la place à un no man’s land (zone interdite) allant jusqu’à quelques dizaines de mètres de largeur et entraînant donc la destruction des immeubles riverains.

Si, côté ouest-berlinois, on se refusa à construire des bâtiments permanents, se contentant d’une simple guérite placée sur un terre-plein au milieu de la chaussée, il en fut tout autre côté Berlin-Est. L’infrastructure sur le côté opposé fut en effet agrandie au fil des ans, pour inclure non seulement le mur, mais aussi des miradors et des chicanes, un vaste hangar barrant l’axe tant de la Friedrichstraße que de la Mauerstraße et comportant plusieurs files d’attente pour le contrôle des voitures et de leurs occupants.

Il reste pendant toute la Guerre froide un des points de tension entre les deux « supergrands », notamment lors de la construction du Mur de Berlin. Le 27 octobre 1961, chars et soldats des deux camps se sont fait face pendant trois jours, à la suite d’un différend sur la libre circulation des ressortissants des pays alliées dans les deux moitiés de la ville : les Soviétiques ayant exigé de contrôler un plénipotentiaire américain qui souhaitait pénétrer à Berlin-Est ce poste-frontière, ce qui était contraire aux accords alors en vigueur qui autorisaient la libre circulation à cet endroit des diplomates et soldats alliés qui étaient stationnés à Berlin.

En tout 137 personnes moururent furent abattues ou moururent accidentellement à la frontière berlinoise entre 1961 et 1989

Les « checkpoints » ont été maintenus pendant la guerre froide jusqu’à la chute du Mur en 1989 (la réunification de l’Allemagne intervenant en 1990).
Aujourd’hui, les touristes se pressent au Checkpoint Charlie pour se faire photographier avec des figurants en uniforme.

La porte de Brandebourg constitue aussi l’un des symboles de cette Allemagne divisée. En effet, la porte de Brandebourg qui se situe à l’entrée de l’ancien Berlin fut pendant presque trois décennies le symbole de la division de la ville : le monument faisait partie intégrante du mur de Berlin.

Nous visitons aussi le Mémorial érigé à la mémoire des juifs assassinés pendant la 2ème guerre mondiale.
Le Mémorial a été conçu comme un « champ » de 19 073 m2, couvert de 2 711 stèles de béton disposées en maillage. Édifiées sur les terrains en jachère libérés dans les anciens « Jardins des Ministres » — au sud de la Porte de Brandebourg — par les démolitions des installations frontalières est-allemandes en 1989-1990, les stèles font 2,42 m de long, 0,95 m de large, et de 0 m à 4,7 m de haut. Elles sont censées produire une atmosphère de malaise et de confusion, représentant un système supposé ordonné qui a perdu le contact avec la raison humaine.

Berlin

Checkpoint charlie

Mémorial juifs de Berlin
Porte de Brandebourg

Camp de prisonniers à Kaltenkirchen

Nous faisons une halte à Kaltenkirchen où nous visitons un camps de travail de prisonniers de guerre.

En août 1944, plus de 500 détenus hommes du camp de concentration de Neuengamme sont transportés en wagons de marchandises de la compagnie des chemins de fer AKN (Altona – Kaltenkirchen – Neumünster) au Kommando extérieur de Kaltenkirchen. Ils sont logés dans des baraquements de l’armée de l’air allemande à Nützen, dans la localité de Springhirsch. Ils sont affectés aux travaux d’agrandissement d’un aéroport pour la Luftwaffe. Il s’agit de prolonger les pistes d’envol et d’atterrissage pour un nouvel avion de chasse à réaction. L’effectif du Kommando fluctuait en raison de l’échange constant de détenus « inaptes au travail » contre d’autres, venus du camp central de Neuengamme.

Les détenus, mal nourris, doivent travailler durement, jusqu’à onze heures par jour. La mortalité augmente. 214 victimes ont été enregistrées mais, selon les témoignages des survivants, il y en aurait eu plus de 500. En raison des échanges permanents de détenus qui étaient renvoyés au camp central de Neuengamme, il n’est plus possible de déterminer le nombre exact de victimes.
Toutes les nationalités y étaient emprisonnées.
Merci aux citoyens de Kaltenkirchen qui travaille à entretenir le devoir de mémoire.

Flensbourg

Nous finissons notre traversée de l’Allemagne par une note positive en faisant une halte à Flensbourg, ville portuaire à environ 30 kilomètres de la frontière avec le Danemark.
Nous souffrons nous aussi de la canicule alors rien ne vaut une bonne bière bien fraîche.
Alors Prosit !!!

Tchéquie

Dobry den,

Nous sommes depuis une semaine en République Tchèque vignette et couronne Tchèque en poche (1 euros est égal à 25 koruna česká). Pas de problème à la frontière cette fois mais notre gps Lulu nous trouve une aire de repos en pleine campagne mais inaccessible. Et après cinq heures de routes (nous avons du prendre une déviation dès notre départ de Slovaquie qui nous a fait perdre presque deux heures) c’est difficile à encaisser surtout à 19h.
Mais après cinq mois de route, nous avons accumulé de l’expérience et de la patience, nous reprenons la route pour atterrir sur le parking du village de Strachotin où nous passons une nuit tranquille. Et nous nous apercevons le lendemain matin que nous stationnons sur le parking du cimetière.
Mais nous sommes très proche du superbe village viticole de Mikulov que nous avons décidé de visiter. Lové autour de son château, Mikulov a accueilli durant des siècles une importante communauté juive, la plus importante de Moravie. La majorité des douze synagogues qu’elle comptait au XVIe siècle ont disparu, mais restent son château et son cimetière israélite de plus de 4 000 tombes.
Et nous pourrons témoigner au gré de notre voyage en Tchéquie que la population juive si présente au cours des siècles dans le pays a été réduite à néant durant la 2ème guerre mondiale.

Mikulov

La route nous mène sur les traces de Napoléon et c’est avec nos 130 chevaux (notre cavalerie est puissante) que nous débarquons à slakov autrefois appelé Austerlitz.
C’est autour de la ville qu’a eu lieu la célèbre bataille d’Auterlitz (appelé ici la bataille des trois empereurs : Napoléon pour la France contre les forces alliés austro-russes de l’empereur François II du Saint-Empire et de l’empereur russe Alexandre Ier).
La bataille se déroule le lundi 2 décembre 1805 et plus précisément entre Brünn et Austerlitz. Après neuf heures de combats, la Grande Armée de Napoléon Ier bat les forces alliées. L’Angleterre, qui une fois de plus n’a pas souhaité se mesurer à la Grande Armée, reste invaincue, mais seule, ce qui met fin à la Troisième Coalition.
Outre son importance stratégique, cette bataille, ainsi que la campagne qui l’a précédée, menant la Grande Armée de Boulogne-sur-Mer jusqu’à Austerlitz, est considérée comme le chef-d’œuvre tactique de Napoléon Bonaparte et est encore de nos jours enseignée dans de nombreuses écoles militaires.
Austerlitz semble être la seule bataille où Napoléon ait pu choisir le terrain, y amener l’ennemi et lui imposer son plan.
Afin de sceller les étroites relations entre la République Tchèque et la France, la Tchéquie a fait du sommet de la colline de Zuran d’où Napoléon donna ses ordres, une portion extraterritoriale de la France.

Slakov ou Austerlitz

Telč est l’une des plus belles petites villes de Moravie. Dans ses remparts, entouré de pièces d’eau, l’architecture de son centre historique est remarquable. A l’image de sa rue principale, bordée maisons colorées à arcades et de son château Renaissance avec son parc à l’anglaise.

Telč

Classé au patrimoine de l’Unesco, Holašovice est village de la Bohême méridionale et qui fait le bonheur des photographes de passage. Ses magnifiques maisons sorties tout droit d’un conte de Perrault offrent un exemple unique de baroque rural.

Holasovice

Petite cite médiévale, Český Krumlov dispose d’un patrimoine architectural impressionnant : elle compte 250 monuments classés. Accrochée à deux collines s’élevant dans deux boucles de la Vltava, Český Krumlov est un lieu agréable de promenade et d’activités liées à la rivière. Les jardins au sommet de la colline du château sont remarquables.

Český Krumlov

Et nous posons notre fourgon à Vrané Nad Vltavou à 10 km de Prague d’où nous vous écrivons. Afin de nous rendre à Prague(ou Praha en Tchèque) nous avons pris le TER local (une loco et deux wagons) dont le standing est assez éloigné de l' »inOui » que nous promet la SNCF.
Prague est la capitale et la plus grande ville de la République tchèque. Elle est située en plein cœur de l’Europe centrale et fut par le passé capitale du royaume de Bohême, du Saint-Empire romain germanique et de la Tchécoslovaquie. La ville aux mille tours et mille clochers (qui est encore la caractéristique architecturale de la ville) a miraculeusement échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale et offre une architecture mêlant les styles préroman, roman, gothique, baroque, rococo, Art nouveau et cubiste. En 1968, le Printemps de Prague et l’écrasement du « Socialisme à visage humain » par les troupes de l’URSS et du pacte de Varsovie ont profondément marqué les Praguois et inspiré la culture des années 1960-1980. Depuis 1992, le centre ville historique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO.
Prague est la cinquième région urbaine la plus riche de l’Union européenne en termes de PIB par habitant devant l’Île-de-France.
La Révolution de velours, en 1989, marque pour Prague comme pour le reste du pays une seconde Libération : la toute-puissance du parti unique et de sa police politique s’effondrent, les libertés démocratiques sont rétablies, les symboles de la dictature sont supprimés et les noms de certaines rues, places ou stations du métro sont « démocratisés ». L’écrivain Vaclav Havel est élu président de la République et s’installe au château de Prague qui est encore aujourd’hui la résidence des Présidents.
C’est aussi la ville de Franz Kafka écrivain praguois de langue allemande. Il a habité dans de nombreux endroits à Prague, dont la fameuse ruelle d’Or.

Prague