Andalousie

Hola,

Nous voici donc de retour en Espagne et plus précisément à la Rábida près de son monastère qui reste célèbre pour avoir accueilli Christophe Colomb quelques années avant son départ pour l’Amérique. En 1485, Christophe Colomb arrive à La Rábida après la fin de non-recevoir opposée par le roi Jean II du Portugal. Il trouve une oreille attentive auprès de deux frères du monastère, Juan Pérez et Antonio de Marchena. Ces derniers le soutiennent dans ses projets de voyage et lui conseillent de se rendre auprès d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon. La suite est connue.
Et nous partageons un bout du destin de Christophe Colomb lorsque que le gardien du musée qui abrite la réplique des caravelles qui partirent au bout du monde, nous oppose une fin de non-recevoir : le musée est fermé et en travaux. Alors nous reprenons la route et bordons les voiles de notre « Santa Maria » direction le parc national de Doñana.

les caravelles de Christophe Colomb

Parc national de Doñana

Incroyable arrivée au parc. Nous traversons un village sans fin dont les maisons sont conglutinées à la « Calle Central » et tout autour ce sont des jardins de maraîchers à perte de vue. Nous randonnons dans le parc et observons la nidification des cigognes. Nous resterons deux jours dans le parc, seul au monde…

cigognes

Ronda

Mais le sentiment de solitude s’efface à Ronda…. Le monde entier s’est donné rendez-vous ici.
Au IIe siècle av. J.-C., les Romains envahirent la Péninsule Ibérique et en chassèrent les Carthaginois . À partir de cette époque, la ville de Ronda fut fortifiée et le château de Laurel construit.

À partir de l’an 711, date de la victoire de Tariq ibn Ziyad sur le comte wisigoth Rodrigue, la ville passe sous domination arabe. Après l’effondrement du califat, le territoire d’Al-Andalus se divise en royaumes indépendants, les ‘taïfas’. Ainsi le chef berbère Abou Nour, qui était un militaire gradé dans l’armée califale, créa le Royaume de Ronda (Taïfa) des Banou Ifren à Ronda2. Il construisit plusieurs édifices importants et renforça les murailles défensives de la ville. C’est à partir de cette date que Ronda commence à prendre le visage que nous lui voyons aujourd’hui.

Au XIIIe siècle Ferdinand III le Saint entreprit la reconquête du sud de la péninsule, à partir de Séville en particulier. Mais Ronda appartenait alors au royaume nasride de Grenade. C’est en 1485 qu’elle fut prise par les Rois catholiques, Isabelle Ire de Castille et Ferdinand II d’Aragon. Pour récompenser les valeureux chevaliers participant à cette victoire, les terres furent divisées et distribuées.

Les conséquences furent désastreuses pour l’économie de la ville et une intolérance religieuse s’installa dans toute la région. Les Juifs et les Arabes présents durent quitter la région et la ville ne redevint prospère que bien plus tard, à partir du milieu du XVIIIe siècle, période à partir de laquelle de nouveaux quartiers furent construits. Ainsi le « Pont Neuf » et les arènes, emblèmes de la ville, datent de cette époque.

C’est au XIXe siècle que se construisit l’image romantique véhiculée, par exemple, par Alexandre Dumas (dans De Paris à Cadix) d’une région dominée par les bandits et les toréros.

Le 23 juillet 1936, soit moins d’un mois après le début de la guerre civile, 512 « Franquistes » ou assimilés comme tels (bourgeois, gens pieux, propriétaires terriens,…) furent précipités du haut du pont dans le vide. Ernest Emingway rapporte ce fait dans son livre « Pour qui sonne le glas ».

Ronda est un des plus anciens centres de tauromachie d’Andalousie, dont elle est considérée comme la capitale spirituelle encore de nos jours. C’est dans cette ville qu’est née ce que l’on appelle la corrida moderne. Le 15 août 1752, pour la première fois, le torero Francisco Romero, à la fin d’une course, demande l’autorisation de tuer lui-même le taureau. Francisco Romero est généralement considéré comme « l’inventeur » de la corrida moderne.

Ronda
Ronda

El Torcal de Antiquera

Puis pour nous ressourcer nous partons au parc « El Torcal de Antiquera ».
La région du Torcal de Antequera est un espace naturel situé sur le territoire de la commune espagnole d’Antequera, en Andalousie (province de Malaga). Il est célèbre pour les formes que l’érosion a donné à ses roches calcaires. Il s’étend sur une superficie de 20 km², et constitue un bel exemple de paysage karstique en Europe.
Nous randonnons sous la neige, nous observons des bouquetins et le soir le chauffage est en marche.

Grenade

Nous posons nos valises et fourgon à Grenade et nous partons visiter la ville en scooter. Grenade c’est surtout le palais de l’Alhambra: (en arabe : Al-Ḥamrā’ , « la rouge ») qui est un ensemble palatial constituant l’un des monuments majeurs de l’architecture islamique. Acropole médiévale la plus majestueuse du monde méditerranéen, elle est composée de quatre parties : l’Alcazaba, les palais nasrides, le Généralife et ses jardins, et le palais de Charles Quint.
Nous ne visiterons que les parties du palais ouvertes au public sans ticket. Car pour visiter l’Alhambra il faut réserver ses billets entre quinze jours et un mois à l’avance.
Nous flânons donc dans le centre historique de Grenade superbe (ruelles, souks…) mais très encombré.

Alhambra

Pampaneira

Lorsque l’on réside à Grenade, l’oeil est attiré par les montagnes qui bordent la ville : c’est la Sierra Nevada. Et nous nous arrêtons un dimanche dans le petit village de Pampaneira, situé à 1080 mètres d’altitude dans la région des Alpujarras. C’est la sortie dominicale des grenadins.
Pampaneira est le village typique des Alpujarras, accroché à flanc de montagne, tout blanc où les sources dévalent les rues du village. Aussi connu pour son artisanat que pour son jambon.
Et comme c’est dimanche nous dégustons une spécialité du pays, el plato del Alpujarras : boudin noir, chorizo chaud, porc, jambon serano sur pain toasté, ratatouille, pimento, pommes de terre sautées et oeufs brouillés. « Quieres un postre ? (voulez-vous un dessert ?) nous demande la serveuse. Ah non non !!! on a mangé pour une semaine merci.
Nous randonnerons jusqu’à Capileira l’un des villages les plus haut d’Andalousie. Nous achèterons au bord de la route un filet de plus de deux kilos d’oranges pour 2 euros ce qui enchante nos petits déjeuners.

plat typique des Alpujarras

Au loin le Mulhacén 3479 mètres

Tabernas

Bien, c’est l’heure du bilan. Si vous nous avez suivi depuis le début, nous avons traversé des villes puis des villages, randonné en montagne mais aussi le long du littoral, traversé des vallées et autres lagunes… Mais quid du désert ? Alors bienvenue à Tabernas.
Le désert de Tabernas est un désert situé en Espagne dans la province d’Almería, à environ 30 kilomètres au nord de la capitale Almería, dans la municipalité de Tabernas. Il est protégé comme une région sauvage (Parc naturel du désert de Tabernas) depuis 1989, et s’étend sur 280 kilomètres carrés. C’est le plus grand désert d’Europe.
Et nous sommes certain qu’il vous dit quelque-chose.
Oui c’est là que ce sont tournés des westerns « paellas » ou « spaghettis » chers à Sergio Léone. En vrac : Et pour quelques dollars de plus, le bon la brute et le truand… mais aussi Laurence d’Arabie, Indiana Jones, Cléopâtre…
Les décors des westerns ont été préservés dans le studio à ciel ouvert « Fort bravo texas hollywood » et qui sera bientôt fermé pour deux mois afin d’accueillir un tournage dans les prochaines semaines. Et là, on vous met carrément dans la confidence.

Bienvenue dans le désert de Tabernas

Cabo de Gata

Et nous voici rendu au Parc Naturel de Cabo de Gata-Nijar. D’une extension de 38.000 hectares, c’est un des joyaux naturels pour le tourisme d’Alméria, d’Andalousie et de toute l’Espagne, grâce à la beauté et la richesse écologique de sa frange côtière et de sa bande marine d’un mille de largeur (12.000 hectares).
Il a été déclaré Parc naturel en 1987, soit le premier parc naturel maritime-terrestre du pays.
C’est probablement le seul espace côtier qui borde la méditerranée que reste vierge. De nombreuses espèces végétales xérophytes endémiques s’y rencontrent. Depuis peu, cet espace protégé est devenu un sanctuaire de la faune européenne.
Nous nous trouvons à Los Escullos coincé entre la mer et les volcans, où les Adalous durent repousser au 17ème siècles de violentes attaques de pirates.
Et comme nous sommes au camping, on astique, on lave le linge….
Alors à bientôt.

39 réflexions au sujet de « Andalousie »

  1. Du dépaysement européen après avoir visualiser celui de Pentagonie, du Chili et de la terre de feu.. C’est formidable, nous voyageons sans bourse déliée….
    Rien de neuf à Bédée, sinon qu’en cette fin de semaine, nous avons un beau ciel bleu et qu’éphémèrement nous allons avoir chaud, d’où robe d’été aujourd’hui, retour des pull et manteau semaine prochaine..
    Bonne suite de périple. A plus;

  2. What¦s Taking place i’m new to this, I stumbled upon this I’ve found It absolutely helpful and it has helped me out loads. I’m hoping to give a contribution & help other customers like its aided me. Good job.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *